Prix Femina le 3 novembre : trois femmes, deux hommes en finale et 4 finalistes pour le Goncourt le 10 novembre !

Six à table: pour les jurys littéraires, les temps sont durs
Les écrivains français Frédéric Lenoir, Didier van Cauwelaert, Didier Decoin, Reha Kutlu-Hutin, Frédéric Vitoux, Michel Houellebecq et Irène Frain au restaurant Drouant à Paris le 25 novembre 2014
Les écrivains français Frédéric Lenoir, Didier van Cauwelaert, Didier Decoin, Reha Kutlu-Hutin, Frédéric Vitoux, Michel Houellebecq et Irène Frain au restaurant Drouant à Paris le 25 novembre 2014
afp.com – LIONEL BONAVENTURE

Troisième sélection de romans français:

– Thierry Clermont, « Barroco bordello » (Seuil)

– Olivia Elkaim, « Le Tailleur de Relizane » (Stock)

– Serge Joncour, « Nature humaine » (Flammarion)

– Marie-Hélène Lafon, « Histoire du fils » (Buchet-Chastel)

– Diane Mazloum, « Une piscine dans le désert » (JC Lattès)

Troisième sélection de romans étrangers:

– Kiran Millwood Hargrave, « Les Graciées » (Robert Laffont)

– Deborah Levy, « Le Coût de la vie » et « Ce que je ne veux pas savoir » (Editions du Sous-Sol)

– Tiffany McDaniel, « Betty » (Gallmeister)

– Eshkol Nevo, « La Dernière Interview » (Gallimard)

– Eduardo Fernando Varela, « Patagonie route 203 » (Métailié)

– Colson Whitehead, « Nickel Boys » (Albin Michel)

Deuxième sélection d’essais:

– Dominique Fortier, « Les Villes de papier: une vie d’Emily Dickinson » (Alto)

– Caroline Fourest, « Génération offensée » (Grasset)

– Hélène Gestern, « Armen » (Arléa)

– Christophe Granger, « Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie » (Anamosa)

– Charif Majdalani, « Beyrouth 2020 » (Actes Sud)

– Krzysztof Pomian, « Le Musée, une histoire mondiale, tome I » (Gallimard)

Goncourt: Djaïli Amadou Amal parmi les quatre finalistes.

La Camerounaise Djaïli Amadou Amal (« Les Impatientes ») fait partie des quatre finalistes retenus mardi pour le Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires français qui sera décerné le 10 novembre.

« Les Impatientes » (Emmanuelle Collas), à forte teneur autobiographique, s’articule autour de thèmes forts, le mariage forcé et la polygamie. Pour les autres finalistes, « L’Anomalie » (Gallimard), d’Hervé Le Tellier, tisse un suspense haletant sur un événement inexplicable que la société occidentale s’échine à rationaliser, tandis que « L’Historiographe du Royaume » (Grasset) de Maël Renouard raconte le Maroc. Enfin, « Thésée, sa vie nouvelle » (Verdier), de Camille de Toledo, se déroule sur fond de dépression et lourd passé familial.

Ont donc été éliminés de la course finale, Mohammed Aïssaoui, « Les Funambules » (Gallimard), Miguel Bonnefoy, « Héritage » (Rivages), Irène Frain, « Un crime sans importance » (Seuil) et Jean-Pierre Martin, « Mes fous » (L’Olivier).

Le Goncourt a déjà fait parler de lui cet automne avec « l’affaire Carrère »: « Yoga », gros succès en librairie, a suscité un débat passionné sur les limites entre fiction et récit véridique, après que l’ex-épouse de l’auteur en ait dénoncé les contre-vérités dans les médias. Finalement, le 6 octobre, le livre a été éliminé de la course au Goncourt lors d’une deuxième sélection.

Covid-19 oblige, c’est par visio-conférence que les Académiciens ont délibéré et voté en fin de matinée ce mardi 27 octobre. Le Goncourt avait déjà annoncé en septembre qu’il abandonnait également pour son édition 2020 la traditionnelle cohue au restaurant Drouant à Paris. Le ou la vainqueur(e), le 10 novembre, sera ainsi proclamé depuis le balcon à 12h45.

ApprofonLire avec l’AFP

Olivia Elkaim, « Le Tailleur de Relizane » (Stock)

https://www.editions-stock.fr/livres/la-bleue/le-tailleur-de-relizane-9782234086173

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.