Aides publiques face à la crise: Le Gouvernement débloque 50 millions d’euros d’aides pour les 3300 librairies indépendantes.

Le Syndicat de la librairie française se félicite des annonces communiquées mardi 9 juin par le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, et par le ministre de la Culture, Franck Riester. Elles répondent à plusieurs de nos demandes visant à soutenir, face à la crise, le réseau des 3 300 librairies françaises.
  • 35 millions d’euros pour amortir les effets de la crise :
-> un fonds de soutien de 25 millions d’euros, sous forme de subventions, pour permettre aux libraires de faire face à leurs difficultés financières après deux mois de fermeture. Ce montant sera géré par le Centre national du livre (CNL) et s’ajoute aux 2 M€ déjà débloqués au début de la crise. Les collectivités territoriales seront invitées à abonder ce fonds afin de favoriser la création d’un guichet unique à destination des libraires.

-> 10 millions d’euros d’exonération de cotisations sociales sur les mois de mars, avril et mai, pour les librairies comptant de 1 à 10 salariés.

  • 12 millions d’euros pour relancer l’investissement
-> cette enveloppe, répartie sur 2020 et sur 2021, sera destinée à accompagner les investissements des librairies dans leurs magasins, leurs équipements informatiques et leurs sites de vente sur internet.
  • rééquilibrer la concurrence sur internet
-> au-delà de ces mesures financières d’urgence, le ministre de l’Economie et des Finances et le ministre de la Culture ont également demandé à leurs services de réfléchir à des solutions facilitant l’expédition d’ouvrages afin de rétablir un cadre concurrentiel équitable entre les librairies et les grandes plates-formes de vente en ligne.

A ces mesures s’ajoutent la mobilisation, par l’Etat, de 40 M€ de prêts, auprès de l’IFCIC (Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles), pour la filière du livre.

Ces mesures fortes sont à la hauteur de l’impact économique de la crise sanitaire sur les librairies et de leur rôle culturel et social que leur fermeture a, par défaut, mis en exergue. Elles s’ajoutent aux dispositifs transversaux d’aides aux entreprises (activité partielle, fonds de solidarité, PGE…) auxquels les librairies ont fait appel (voir le communiqué des ministères de l’Economie et des Finances et de la Culture). Elles assurent, enfin, de bonnes conditions de relance et de développement pour les librairies et bénéficieront ainsi, indirectement, aux milliers d’éditeurs et d’auteurs que les libraires ont à cœur de défendre au quotidien auprès des lecteurs.

Le Syndicat de la librairie française se mobilisera pleinement, avec les associations de libraires, pour donner accès à ces aides à l’ensemble des libraires. Par ailleurs, il continuera de rappeler que la crise a mis en lumière l’importance des librairies mais également leur fragilité économique structurelle qui les expose au moindre aléa de conjoncture et nécessite de conforter durablement leur activité grâce à un engagement des grands groupes d’édition en matière de conditions commerciales, d’une part, et des collectivités territoriales (généralisation de l’exonération de CET à l’ensemble des librairies, suppression du rabais de 9% pour les achats des bibliothèques), d’autre part.

Source: Syndicat de la librairie Française:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.